Octobre Rose : un mois pour sensibiliser au cancer du sein Octobre Rose : des campagnes de dépistage et des collectes de fonds pour sensibiliser au cancer du sein (©Thinkstock by Getty Images)

Octobre Rose : un mois pour sensibiliser au cancer du sein

Classé dans : Ma santé | 0

Le mois d’octobre verra cette année encore se multiplier un peu partout en France des campagnes de dépistage, des collectes de fonds et beaucoup d’autres manifestations avec, à chaque fois, le même objectif : sensibiliser les Français au cancer du sein. Faisons le point sur cette maladie qui touche près de 54 000[1] femmes par an.

Le cancer du seinarrive en tête d’un bien triste palmarès : il est le 1er cancer féminin en termes de fréquence. Selon la Ligue contre le Cancer, près d’une femme sur neuf sera concernée au cours de sa vie.

 

Quelles sont les femmes les plus exposées ?

Les femmes de plus de 50 ans sont bien plus exposées que les autres puisque le cancer du sein se développe dans les trois quarts des cas chez des femmes ayant atteint la cinquantaine.

Autres populations à risques, les femmes qui n’ont pas eu d’enfants ou les ont eus après 40 ans, celles qui ont été réglées très jeunes et ménopausées passés 55 ans, ou encore celles qui ont une consommation d’alcool importante.

 

Y-a-t-il des facteurs de risques héréditaires ?

Les autorités sanitaires estiment qu’aujourd’hui, en France, 120 000 femmes seraient prédisposées au cancer du sein et/ou de l’ovaire. Pourquoi ? Parce qu’elles sont potentiellement porteuses d’une mutation génétique – transmises par n’importe lequel des deux parents – qui augmente considérablement les risques de développerla maladie.

 

En cas de cancer du sein, faut-il systématiquement retirer le sein ?

Non. La mastectomie n’est nécessaire que dans 30%[1] des cas. Comme, par exemple, celui ultra-médiatisé de l’actrice américaine Angelina Jolie. Porteuse d’une mutation génétique, elle avait, selon les médecins, 87% de risques de développer un cancer du sein si elle gardait sa poitrine. Un diagnostic rarissime.

 

Quels sont les symptômes du cancer du sein ?

Il n’existe pas de symptômes caractéristiques du cancer du sein. En revanche, un certain nombre de signes doivent vous inciter à consulter rapidement votre médecin[2]:

  • Un sein qui change de forme ou de taille
  • L’apparition d’une boule et/ou d’une grosseur anormale dans un sein
  • L’apparition d’un ganglion au niveau de l’une de vos aisselles
  • Un écoulement par le mamelon
  • Une modification de la couleur ou de la texture de la peau de votre sein et/ou de l’aréole

 

La consommation de fruits et légumes est-t-elle vraiment anti-cancérigène ?

Depuis une trentaine d’années, différentes études[3] ont été publiées. Il en ressort généralement que l’alcool, l’huile de palme, les plats préparés, le sel, la viande et la charcuterie consommés de manière abusive favoriseraient le développement de certains cancers. En revanche, il n’existe aucune certitude sur le fait que tel ou tel aliment pourrait être anti-cancérigène, même si ces mêmes études tendent à montrer que les fruits et les légumes pourraient être des facteurs protecteurs.

 

Les implants mammaires sont-ils dangereux ?

Non. En revanche, ils compliquent (un peu) la tâche des médecins lorsque ces derniers cherchent à vous examiner.

 

Et le soutien-gorge ?

Certains peuvent être inconfortables… Mais les porter n’augmente en aucun cas le risque de développer un cancer.

 

Quid de la pilule ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé[4], la pilule augmente de manière « minime » le risque de certains cancers (comme celui du sein ou du col de l’utérus) tout en diminuant le risque d’autres cancers (celui des ovaires ou de l’endomètre), et ce « de manière beaucoup plus manifeste et beaucoup plus significative ».

 

Bon à savoir

Chez MetLife, on considère que le fait d’avoir été touché par la maladie ne doit pas vous empêcher de mener à bien vos projets immobiliers. C’est pourquoi nous sommes signataires de la convention AERAS (S’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé). Comme son nom l’indique, elle vise à faciliter l’accès à l’emprunt pour des personnes présentant un problème de santé.

En outre, l’entrée en vigueur de la loi de modernisation du système de santé, en février dernier, fixe désormais un délai à partir duquel les assurances ne peuvent plus exiger des emprunteurs des informations relatives à leurs pathologies cancéreuses. Ce « droit à l’oubli » est de 10 ans pour les emprunteurs ayant été victimes d’un cancer après l’âge de 18 ans et il est ramené à 5 ans (après la fin de leur traitement) pour les malades ayant été touchés par la maladie alors qu’ils étaient mineurs.

Vous voulez en savoir plus ? Parlez-en avec l’un de nos 5 000 courtiers partenaires en assurance emprunteur et obtenez un devis personnalisé

Obtenir gratuitement un devis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Source : Ligue contre le Cancer

[2] Source : Institut du Sein

[3] Source : Ligue contre le cancer

[4] Source : Réseau NACRe (National Alimentation Cancer Recherche)

[5] Source : Etude OMS (2005)