Don du sang : restons mobilisés ! Le don du sang, un acte de solidarité indispensable (©iStock)

Don du sang : restons mobilisés !

Classé dans : Ma santé | 0

Chaque année, le 14 juin, c’est la Journée mondiale du don de sang. En 2016, dans l’Hexagone, 1 597 460[1] personnes se sont rendues dans un centre de prélèvement. Un acte de solidarité aujourd’hui indispensable.

Pour bien comprendre combien il est important de donner régulièrement son sang, quelques chiffres s’imposent : chaque année en France, près d’un million de malades est soigné grâce aux produits sanguins. La moitié bénéficie d’une transfusion sanguine tandis que l’autre est soignée grâce aux médicaments dérivés du sang[2].

Or, il n’existe aujourd’hui aucun traitement ni médicament de synthèse capable de se substituer au sang humain. En d’autres termes, le fait de donner son sang est un acte irremplaçable, et donc indispensable. Surtout lorsque l’on sait que chaque jour les besoins en sang pour soigner les malades dans l’Hexagone équivalent à 10 000 dons ! Et au vu de l’effet combiné de l’allongement de l’espérance de vie et des progrès de la médecine, il y a fort à parier que ce chiffre ne cessera d’augmenter dans les années à venir.

 

Qui a besoin de don du sang ?

Tous ceux qui souffrent d’une maladie du sang ou d’un cancer (comme la leucémie ou le myélome). Les dons de sang s’avèrent également essentiels en cas d’attentats ou d’accidents de la route pour soigner les blessés.

Ils sont également utilisés dans les hôpitaux pour les soins périnataux ou encore lorsque des personnes malades doivent être opérées. Une transplantation de foie peut par exemple nécessiter jusqu’à 100 poches de sang[3]

Les utilisations sont multiples et les besoins croissants, alors en un mot comme en cent : donnez !

 

Qui peut donner son sang ?

Tout le monde, à la condition d’être en parfaite santé.

En revanche, ni les femmes enceintes, ni les personnes malades (et particulièrement celles atteintes d’hypertension, de diabète ou sujettes à des crises d’épilepsie…) ne sont autorisées à donner leur sang. Tout comme ceux infectés par un virus ou anémiques. En premier lieu parce que cela pourrait les affaiblir. Et, bien entendu, afin de préserver la santé des receveurs.

 

Comment se passe un don du sang ?

Seuls 4 %[4] des Français donnent leur sang. Pourtant, selon les Établissements Français du sang (EFS), 98 % d’entre eux pensent que cela peut sauver des vies tandis que 88% considèrent que c’est un acte facile à faire. Et c’est le cas !

Si vous souhaitez donner votre sang, il vous suffit en effet de vous rendre dans l’un nombreux lieux de collectes de l’Établissement Français du Sang.

Là, vous devrez remplir un questionnaire médical ayant pour but de connaître votre état de santé général, vos antécédents médicaux, chirurgicaux etc. Ensuite, il vous faudra vous entretenir avec un médecin qui vérifiera l’absence de toutes contre-indications au don de sang.

Une fois cette étape validée, vous serez conduits dans une salle de prélèvement où, en fonction de votre corpulence, 420 à 480 ml de sang vous seront prélevés. Bien entendu, le matériel utilisé est stérile et à usage unique.

En tout, l’opération durera une dizaine de minutes. Vous serez ensuite invités à vous rendre dans une autre salle où une collation vous sera offerte. Ne sautez pas cette étape : si le volume sanguin se reconstitue rapidement après un prélèvement, il est néanmoins recommandé de se reposer une vingtaine de minutes avant de repartir vaquer à vos occupations.

 

Existe-t-il des risques lors d’un don du sang ?

Vous n’avez aucune chance d’être infectés lors d’un prélèvement de sang. Comme on l’a vu plus haut, le matériel utilisé est stérile et à usage unique. Quant à la quantité de sang prélevée, elle est bien trop petite pour être préjudiciable au bon fonctionnement de votre organisme.

En fait, le seul « risque » que vous encourez en donnant votre sang, c’est d’être victime d’un malaise vagal lié à la baisse passagère de la pression artérielle. Chez certains, l’anxiété (que ceux qui ont peur des piqûres lèvent le doigt !) peut également être à l’origine de vertiges ou autres petits désagréments…

Cela étant, sachez que ce genre de malaise est bénin. Et il existe une technique très simple pour les éviter : il suffit de vous allonger en gardant les pieds surélevés juste après le prélèvement. Autre astuce quasi infaillible : s’hydrater avant et après le don du sang.

Inutile de chercher midi à quatorze heure : il n’y a aucune excuse pour ne pas donner !

 

Y-a-t-il différents types de dons ?

Oui, il en existe trois :

  • Le don de sang total. C’est le plus courant. Il consiste à recueillir le sang avec tous ses constituants (plaquettes, plasma et globules rouges)
  • Le don de plasma. Les autres composants du sang sont restitués au donneur.
  • Le don de plaquette. Elles sont notamment utilisées dans le traitement de nombreuses maladies et d’hémorragies.

 

À quelle fréquence puis-je donner mon sang ?

Il faut respecter un délai d’au moins 8 semaines entre 2 dons de sang total.

Une femme peut donner son sang maximum 4 fois par an, un homme 6 fois par an.

 

Bon à savoir

Transfusion sanguine peut parfois aussi être synonyme d’hospitalisation ou de pépins de santé. Alors, sachez que chez MetLife, nous considérons que le fait d’avoir été touché par la maladie ne doit pas vous empêcher de mener à bien vos projets immobiliers.

De plus, l’entrée en vigueur de la loi de modernisation du système de santé, en février dernier, fixe désormais un délai à partir duquel les assurances ne peuvent plus exiger des emprunteurs des informations relatives à leurs pathologies cancéreuses. Ce droit à l’oubli est de 10 ans pour les emprunteurs ayant été victimes d’un cancer après 18 ans et il est ramené à 5 ans (après la fin de leur traitement) pour les malades ayant été touchés par la maladie alors qu’ils étaient mineurs.

Pour en savoir plus, parlez-en avec l’un de nos 5 000 courtiers partenaires en assurance emprunteur.

Obtenir gratuitement un devis

 

[1] Source : les établissements français du sang (EFS)

[2]Source : OMS

 

 

 

 

 

[1]Source : les établissements français du sang (EFS)