Acheter une maison avec des amis : bonne ou mauvaise idée ? Achat immobilier entre amis : faut-il sauter le pas ? (©Thinkstock by Getty Images)

Acheter une maison avec des amis : bonne ou mauvaise idée ?

Classé dans : Ma maison | 0

Acheter entre amis une maison de campagne, un terrain ou un appartement, vous en rêvez ? Si l’indivision est de loin la solution d’acquisition la plus simple, il existe d’autres formules pour devenir propriétaire immobilier à plusieurs. Suivez le guide !

Vous voulez partager un projet de vie avec des gens qui vous sont chers, vous unir autour de valeurs communes ? Ou, plus simplement, posséder un bien plus grand sans dépenser plus ? Une solution existe : acheter votre habitat avec des amis.

Avant de vous lancer, il est bien évidemment essentiel de choisir ses futurs copropriétaires avec le plus grand soin. Prenez le temps de la réflexion, discutez, débattez. Ainsi, vous écarterez tout futur malentendu.

Une fois cette étape validée, vous serez fin prêt pour l’aventure. Et pour la mener à bien, il existe 2 solutions principales.

L’achat immobilier en indivision

C’est le régime par défaut de l’achat collectif. Pour acheter en indivision, il faut :

  • Au moins 2 personnes. Il peut s’agir de concubins, de partenaires pacsés, de parents (cousins, frères, etc.), d’amis, etc.
  • Un bien immobilier (appartement, maison, château… c’est vous qui voyez !)

Chacun des acquéreurs (on parle de propriétaire « indivis ») est détenteur du bien immobilier à hauteur de sa participation financière (par exemple 30/70, 40/60 ou 50/50…). Notez que si les contributions de chacun ne sont pas spécifiées lors de l’acte d’acquisition, l’indivision sera considérée comme étant à parts égales. Mais dans tous les cas, tous les acquéreurs jouiront pleinement du bien commun.

Concrètement, si, avec un couple d’amis, vous achetez une maison sur 2 étages en indivision, vous ne serez pas chacun propriétaire d’un étage mais propriétaires ensemble de toute la maison.

Autre point important : tous les acquéreurs sont financièrement solidaires et doivent assumer collectivement les dépenses d’entretien et de fonctionnement (c’est pourquoi on vous déconseille quand même le château), y compris le remboursement du prêt si un emprunt a été contracté pour financer l’achat.

Enfin, sachez que selon le Code Civil, « nul n’est tenu de rester dans l’indivision ». Autrement dit, si l’un des indivisaires décide de mettre en vente le logement, l’autre (ou les autres) ne peut pas s’y opposer. Ce qui signifie qu’au moindre litige, l’indivision rend possible la mise en vente. D’où, on se répète, l’importance du choix de vos futurs copropriétaires.


Astuces : vous pouvez, pour éviter d’avoir à vivre ce genre de soucis, signer une convention d’indivision chez un notaire. Cette dernière, d’une durée indéterminée ou déterminée (maximum 5 ans), vous permettra d’inscrire quelques sécurités qui, en cas de litige, vous protégeront.


Créer une SCI

Autre possibilité, acheter un bien immobilier dans le cadre d’une SCI – ou société civile immobilière –. En choisissant cette option, chaque acquéreur deviendra un associé et possèdera des parts proportionnellement à son investissement dans le capital.

Toutefois, il est important que vous gardiez à l’esprit qu’une SCI est, comme son nom l’indique, une société. Et comme dans toute société, il y a des règles à respecter. Parmi elles, l’obligation de déposer des statuts au tribunal administratif ou encore de publier ces derniers au « Journal officiel »…  Des démarches qui, en plus d’avoir un coût, sont contraignantes. Autre obligation : l’organisation, une fois par an, d’une assemblée générale.

Au rayon des bonnes nouvelles, sachez que contrairement à l’achat en indivision, aucun des acquéreurs associés dans une SCI ne pourra seul réclamer la vente du bien. Vous aurez aussi la possibilité de transmettre à moindre frais vos parts à vos descendants.

 

Et si vous en profitiez pour acheter dont la consommation d’énergie est nulle ou très faible ? Pour en savoir plus notre article sur la maison passive !

 

BON A SAVOIR

Vous souhaitez acheter un bien immobilier avec des amis? Savez-vous que vous pouvez faire des économies sur votre assurance emprunteur ? Si elle n’est en théorie pas obligatoire, elle est généralement exigée par les prêteurs pour accorder un crédit immobilier.

Avec l’assurance prêt immobilier « Super Novaterm Crédit » de MetLife, vous bénéficiez d’une tarification adaptée à votre profil, que vous ayez des problèmes de santé, assuriez un gros capital, pratiquiez un sport à risque ou exerciez une profession spécifique. Un moyen simple d’alléger votre facture. Et de réinvestir une partie de cet argent dans les frais de création d’une SCI par exemple…

Pour en savoir plus, parlez-en à l’un de nos 5 000 courtiers partenaires en assurance emprunteur et obtenez un devis personnalisé.